Grégory Samak

Gregory Samak est issu de la promotion 1999. Il est aujourd’hui Directeur Monde de l’Antenne et du Marketing Programmes d’Euronews.

Photo Samak

Quelle était votre formation avant d’intégrer le MS Médias ?

Je suis diplômé de l’IEP d’Aix, j’ai ensuite passé deux ans en Prep’ENA à Sciences-po Paris et, en parallèle, j’ai suivi un DEA à la Sorbonne qui s’appelait à l’époque Médias, Télévision & Cinéma. J’avais également déjà eu une première expérience professionnelle de 1 an chez ABC News, d’abord dans leur bureau de correspondants à Paris puis ensuite à New York où j’ai appris beaucoup des méthodes de travail de la grande équipe d’ABC News. Ce fut à l’origine de ma vocation, l’information restant pour moi une des matières les plus intéressantes à travailler en télévision.

Pourquoi avoir décidé d’intégrer le Master?

 Pour deux raisons principales: premièrement, après Sciences-Po j’étais un généraliste et j’avais besoin de la technicité que le Master pouvait m’offrir, deuxièmement, en raison des opportunités de réseau que cela pouvait m’apporter. Sur ces deux points je n’ai pas été déçu, le Master a été pour moi un tremplin.

Qu’avez-vous fait après le Mastère Spécialisé ?

A la sortie du Master j’avais le choix entre un contrat chez TF1 et un stage non-rémunéré chez AB. Contre l’avis de tous mes proches, j’ai choisi le stage chez AB parce que j’étais fasciné par le savoir-faire d’AB qui était une vraie machine de guerre, une sorte de major avant l’heure en France. C’était le début d’une aventure de 7 ans chez AB. J’avais 26 ans, je n’étais même pas encore diplômé du Master et je me retrouve face à la figure imposante de Claude Berda, le président du groupe, qui est devenu depuis mon papa dans le métier. J’ai eu la chance qu’il me prenne en affection et qu’il m’apprenne plusieurs ficelles du métier qui sont restées ma Bible. AB a été une école technique où tout devait aller très vite, une école qui m’a également décrassé l’esprit. Claude Berda m’a appris la nécessité de ne pas être ni trop poli ni trop indirect parfois – si je puis dire – dans les relations d’affaires… Personne ne s’occupait à l’époque du dossier de la TNT, personne n’y croyait vraiment, et j’en ai pris la charge. J’ai pris mon téléphone et organisé une réunion avec mes homologues au sein des autres groupes privés de l’époque en 2000 chez AB. C’est ainsi que nous avons créé le groupement TNT dont le leadership a été assuré assez vite par Marc Tessier et Stéphanie Martin qui en a été la Déléguée générale. Ce fut une aventure de lobbying de 5 ans à l’issue de laquelle nous avons décroché la licence de NT1. Claude Berda m’a alors fait l’honneur de m’en accorder la direction générale. J’ai également participé à la même période au rachat de TMC par AB.

Quelle a été la plus belle expérience au cours de votre carrière?

Quelques mois après avoir pris la direction de NT1, Alain Weill obtenait la licence de BFM TV. Il avait entendu parler de moi et on s’est rencontré. Ce fut le début de ce qui restera sans doute comme une des plus belles aventures de ma vie professionnelle, la création de la troisième chaîne nationale d’informations française, BFM TV. J’ai été le premier salarié de la chaîne et  j’avais à mes côtés des gens formidables, dont Alain Weill bien sûr mais aussi Olivier Beneuf (chez Europe 1 aujourd’hui), Guillaume Dubois…. Notre mission était de monter une chaine d’informations en quelques mois. Nous n’avons pas démérité puisqu’au bout d’un an BFM TV était numéro 1 devant I-télé. Ce fut une école extraordinaire, Alain Weill a été une très belle rencontre, un homme d’une logique extraordinaire, redoutablement simple et efficace à la fois.

Vous avez donc travaillé pour BFM TV et vous dirigez désormais l’antenne monde d’Euronews, quel regard portez-vous sur la télévision d’information en continu ?

J’adore ce métier parce que c’est une bataille de titans. Chez Euronews, il y a quelque chose de formidable: avec Michael Peters, son nouveau président, on se bat à la fois contre des chaines nationales dans tous les pays où la chaine est reçue et contre les chaines globales que sont CNN et BBC News. C’est peu connu mais Euronews est la chaine d’informations internationale la plus regardée en Europe devant CNN. Ma mission est qu’elle le reste et qu’elle le devienne un peu plus chaque jour. Le regard que je porte est donc le plus global possible car il y a autant à observer chez I-télé en France que chez N-TV en Allemagne, CNN, Russia Today ou Skynews… Ce sont des  personnes qui dans des endroits différents se posent les mêmes questions que nous chaque jour: comment servir au mieux l’information à des téléspectateurs qui regardent nos chaines en moyenne 15 minutes par jour seulement ?

Avez vous un souvenir marquant au sein du MS Médias ?

J’ai un souvenir majeur: la première fois où j’ai vu arriver le professeur d’économie du câble et du satellite de l’époque. Il était en moto, il avait 32 ans, il s’appelait Eric Brion et je me suis dit « ce mec est cool !». Aujourd’hui, c’est toujours quelqu’un qui compte beaucoup pour moi tant dans ma vie personnelle que professionnelle.

Etes-vous resté en contact avec vos anciens camarades de promotion ?

Je suis encore en contact avec Estelle Lafoy, Sandrine Cassini de La Tribune et Christophe Laguet qui travaille dans la stratégie numérique. En fait, on se croise tous de temps à autres mais je suis surtout resté très proche intellectuellement du Master, notamment de Ghislain qui reste une figure importante pour moi.

Ce qu’on peut vous souhaiter aujourd’hui ?

Continuer le plus possible à avoir des idées nouvelles. On doit en permanence apporter des solutions aux nouveaux défis techniques, d’audience et de concurrence. Aujourd’hui, par rapport à l’explosion des médias numériques d’informations, il faut innover encore et encore. Ce que l’on peut donc me souhaiter, c’est de toujours pouvoir apporter le plus d’innovations possibles dans ce métier. Mais je crois avoir encore plein de choses à proposer dans mon sac à malices à ce public qui aime regarder de l’information à la télévision.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s